Les projets informatiques dont
les clients parlent avec plaisir

QUELLES ALTERNATIVES À L'AUTOCOMPLÉTION ?

Nous y sommes tellement habitués que nous n’y faisons pas attention. Mais sur le web comme sur la plupart des applications, nos recherches sont souvent assistées par une fonctionnalité permettant de limiter la quantité de caractères à saisir pour trouver notre requête. Le navigateur complète en effet notre saisie avec des propositions qui pourraient convenir aux caractères que nous avons commencés à taper, facilitant et accélérant ainsi notre navigation.
 
Cette autocomplétion rend ainsi l’interaction plus efficace entre l’outil et l’utilisateur, avec notamment l’avantage de limiter les erreurs de saisie, ou de suggérer un axe de recherche qui n’avait pas été envisagé.
Cependant, au-delà de l’aspect pratique qu’elle présente, cette fonctionnalité ne comporte pas que des avantages :  Elle a, en effet, l’inconvénient de générer un impact négatif sur l’environnement.
L’autocomplétion, pour fonctionner, nécessite que le navigateur (ou l’application) envoie chaque nouveau caractère ou mot saisi au serveur, qui va ensuite lui renvoyer une proposition de texte pour compléter la saisie de l’utilisateur. Le volume de données échangées est faible, mais c’est la répétition de cette opération, à chaque nouveau caractère saisi, pour chaque recherche, qui sollicite fortement les serveurs et le réseau en termes de requêtes.
 
Ainsi, comment réduire le nombre de requêtes et moins solliciter les serveurs lors de nos recherches ? Plusieurs solutions sont envisageables pour diminuer les allers-retours incessants entre le navigateur et le serveur.
 
 

Quelles alternatives ?

 
La saisie assistée, qui consiste à guider l’utilisateur grâce à plusieurs informations et indices, est l’une d’entre elles. Elle indique à l’utilisateur le format qui est attendu dans une zone de saisie, afin de prévenir des éventuelles erreurs, sans que l’autocomplétion n’intervienne pour les corriger. Elle peut également afficher un message d’erreur via l’interface du navigateur si l’utilisateur fait une erreur de saisie. Ces interactions étant gérées localement, au sein du navigateur ou de l’application, les échanges avec le serveur sont réduits. En effet, à chaque fois que la saisie assistée est utilisée à la place de l’autocomplétion, le nombre de requêtes associées est réduit par un facteur de 10.
 
Parmi les autres méthodes qui peuvent être utilisées pour réduire les échanges avec les serveurs, il est possible de ne pas recourir à l’autocomplétion pour chaque caractère saisi par l’utilisateur. L’autocomplétion peut n’intervenir qu’à partir d’un certain nombre de caractères saisis, notamment pour les mots et expressions plus longs, qui sont davantage sujets aux erreurs de frappes.
 
Ces alternatives permettent, de façon assez simple, d’être moins « gourmands » en requêtes et donc d’avoir un impact écologique moindre.

Mise en œuvre sur IOvision

 
Sur IOvision, notre logiciel de gestion d’affaires et de projets, nous avions au préalable des champs de recherches qui fonctionnaient avec l’autocomplétion. Mais pour limiter l’impact négatif de cette fonctionnalité, nous avons intégré d’autres possibilités, à travers une expérience utilisateur différente, pour rechercher une information. Ainsi, par exemple, pour rechercher un contact, il est préférable de sélectionner son nom dans une liste déroulante. La liste des contacts étant intégrée dans la base de données d’IOvision, il n’y a pas de requête envoyée au serveur pour afficher les noms de cette liste.
Les bonnes pratiques ne manquent pas pour limiter la pollution numérique et les effets négatifs sur l’environnement ; c’est avant tout une question de volonté et de conviction. En l’occurrence, celle-ci est même plutôt simple à mettre en œuvre !